Canal de craponne : coopération inédite entre arrosants et la SCP

Publié le 08 octobre 2019

L’inauguration de la mini-centrale d’Eyguières, le 23 septembre dernier.

L’association syndicale des arrosants de la Crau et la Société du canal de Provence concrétisent un projet innovant de production hydroélectrique sur Eyguières, un projet qui ouvre la voie à d’autres partenariats similaires.

L’utilisation de l’eau de la Durance pour produire de l’énergie ne date pas d’hier. Dans la Crau, le premier à y avoir pensé est Adam de Craponne. Avec d’autres, l’ingénieur parvient à acheminer l’eau dans la région, à travers des canaux, pour faire tourner les moulins à blé, grâce à l’énergie mécanique. 400?ans plus tard, l’eau du canal de Craponne va permettre, non plus de moudre le blé, mais bien de faire tourner une mini-centrale hydroélectrique. C’est le projet que les arrosants de la Crau et la Société du canal de Provence (SCP) viennent ensemble de concrétiser.

Grâce à leur partenariat innovant, la SCP a réalisé un ouvrage de prise sur le canal de Craponne, à l’aval du partiteur d’Eyguières, et construit une centrale, pour turbiner l’eau transportée par le canal pendant la saison d’irrigation.

Le projet, inauguré le 23 septembre à Eyguières, en présence du sous-préfet d’Arles et d’élus locaux, est un exem­ple de coopération inédite qui va faire école. “Cette centrale témoigne de notre volonté de développer les énergies renouvelables, mais symbolise aussi une nouvelle étape dans les relations de partenariat entre la SCP et les associations syndicales autorisées, les ASA”, indiquait Philippe Vitel à cette occasion. Pour le président de la SCP, “l’objectif est de mettre en place des solutions concrètes et innovantes, qui répondent aux besoins des territoires, tout en prenant en compte les générations futures”.

Un GIE pour exploiter la centrale

La centrale hydroélectrique d’Eyguiè­res a été réalisée dans le cadre d’un Groupement d’intérêt économique (GIE), solution choisie par ses deux membres – la SCP et l’Association syndicale des arrosants de la Crau – comme étant la plus pertinente pour financer, construire et exploiter ensemble la mini-centrale.

Pour piloter la réalisation de l’ouvrage – dont le coût atteint 4,5 millions d’euros –, la SCP a apporté ses moyens d’ingénierie et sa garantie financière. Le GIE exploitera les installations hydroélectriques en s’appuyant, pour l’exploitation courante, sur les moyens de l’ASCO des Arrosants de la Crau, et pour la maintenance, sur les moyens de la SCP. Grâce à cette centrale, le GIE produira chaque année environ 5 GWh, ce qui correspond environ à la con­som­mation annuelle de 2 200 habitants. À défaut d’une autoconsommation possible sur place, l’énergie produite sera réinjectée dans le réseau de distribution et revendue à EDF, avec un tarif réglementé.

Les bénéfices futurs du GIE – provenant de la vente de l’électricité produite par la centrale – seront redistribués aux deux partenaires du GIE, au prorata des parts sociales. Au sein du groupement, les arrosants ont conservé la majorité avec 51 % des parts.

La recette estimée de la production d’énergie de la centrale est de l’ordre de 350 000 à 380 000 € par an. La main­tenance et le remboursement de l’emprunt déduits, les deux partenaires pour­ront se partager environ 100?000 € par an sur 25 ans, une durée calculée pour rentabiliser le projet. À l’issue de la fin du GIE, le bénéfice futur reviendra en totalité aux arrosant de la Crau, dont le syndicat compte actuellement 1800 adhérents. n

Emmanuel Delarue


Irrigation Durance Canal de Provence arrosants de la Crau Eyguières SCP ASA