Cellier Lou Bassaquet : La cave de Trets en ordre de marche !

Publié le 13 août 2019

Fabien Doudon et Jean-Luc Jauffret, deux vignerons coopérateurs déjà dans le vif du sujet.

A la cave de Trets, le processus d’élaboration des vins n’est pas encore engagé, mais on s’y prépare chaque jour un peu plus. La vigne, le matériel et les hommes sont presque prêts.

L’effervescence du démarrage de la récolte ne se ressent pas encore tout à fait. Pour la cave de Trets, comme sur l’ensemble du vignoble provençal, l’heure est aux préparatifs. Ils ont d’ailleurs commencé, il y a plusieurs semaines déjà. Et dans les vignes, comme dans le chai, on s’active avec une certaine sérénité. “Machines à vendanger, réfractomètres, pesée des deux quais de réception, tout a été vérifié, révisé et les pressoirs vidés et nettoyés prêts à recevoir la nouvelle récolte”, assure Fabien Doudon le président. Car “du matériel de la cave dépend aussi la qualité du produit final, comme le système de froid, qui va être sollicité pendant toute la durée des vendanges, d’où l’importance de s’assurer que tout fonctionne”, commente Clotilde Anton, œnologue à la cave coopérative de Trets.

L’approche des vendanges génère pourtant toujours beaucoup de stress ; même si l’on en compte de nombreuses derrière soi. “C’est une période d’attente et d’incertitude, où l’on a en permanence les yeux rivés au ciel. On se dit chaque année que si l’on pouvait avoir 25 jours avec du soleil et sans trop d’humidité, ce serait le paradis !”, confie Jean-Luc Jauffret. Comme les 90 coopérateurs que compte la cave de Trets, le vigneron et ancien président de la cave est confiant. “Malgré les fortes chaleurs de juillet et le stress hydrique qui ont quelque peu ralenti la croissance des raisins, la végétation est belle et les conditions climatiques actuelles favorables à une évolution normale des maturités”.

Un vignoble ‘irrigué’

On est en effet loin de ce qu’ont vécu les vignerons l’été dernier. L’effet canicule sur la vigne devient pourtant une habitude pour les vignerons provençaux qui la gère au vignoble comme en cave. Située dans la vallée de l’Arc, secteur bien desservi par les aménagements de la Société du Canal de Provence, “la cave coopérative de Trets via l’ODG des Côtes de Provence demande chaque année l’autorisation d’irriguer les vignes de ses parcelles en AOP auprès de l’INAO. Et cette année encore nous pourrons recourir aux arrosages jusqu’au 15 août selon les besoins du vignoble”, explique Fabien Doudon.

Mais durant cette dernière ligne droite, il n’y a pas que les besoins en eau qu’il faut assurer. Dans les vignes, “il faut par exemple éviter les apports de cuivre qui sont utilisés pour pousser l’expression aromatique des vins trop proches des vendanges, ce qui déséquilibrerait les fermentations”, explique Clotilde Anton.

Selon les conditions climatiques, le couvert végétatif conservé le plus longtemps possible pour éviter trop d’évaporation les années de sécheresse sera aussi écimé les années pluvieuses, pour éviter le développement de maladies. Il faut donc s’adapter et changer ses méthodes de travail en fonction des conditions. Certaines opérations peuvent donc intervenir la veille des vendanges. Et même avec de l’expérience, “on se rend compte que les scénarios ne sont jamais les mêmes, on en découvre un peu chaque année, surtout quand la situation devient extrême comme l’année dernière”, commente Jean-Luc Jauffret.

Paramètre crucial pour le bon déroulement des vendanges, le facteur humain est aussi bien anticipé et les équipes rigoureusement préparées. Si dans le vignoble ce sont les coopérateurs qui gèrent à l’échelle de leur exploitation la main d’œuvre et préparent leurs personnels, en cave chacun sait déjà quelle sera son affectation. “Avec les salariés, les apprentis, les stagiaires et les saisonniers, c’est une bonne dizaine de personnes qui va s’affairer durant un mois entre les quais de réception, les pressoirs, les levurages, les collages et les transferts de cuves”, explique l’œnologue.

Emmanuel Delarue

 


ViticultureVendange vignoble provençal pressoirs vin maturité raisin récolte