Chambre d’agriculture 13 : des vœux offensifs pour 2020

Publié le 21 janvier 2020

Lucien Limousin, vice-président du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Juliette Trinat, secrétaire générale de la Préfecture, et Christian Burle, vice-président de la métropole Aix-Marseille Provence et élu au Conseil régional Paca, ont assu

Pour sa première cérémonie des vœux depuis son élection en février dernier, le président de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, Patrick Lévêque, a détaillé, lors de son discours, les principaux combats qu’il entend mener en 2020.

À l’image d’un professeur qui annoncerait les bonnes et les mauvaises notes, Patrick Lévêque, le président de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, a distribué, ce lundi, les cartons jaunes et les félicitations, devant une assemblée d’une centaine de personnes, venue assister à la traditionnelle cérémonie des vœux. Après un hommage à Claude Cochonneau, président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA) et de la Chambre d’agriculture des Pays de Loire, décédé brutalement le 22 décembre dernier, et un autre à Claude Rossignol, son prédécesseur au sein de l’institution pendant six ans, Patrick Lévêque a déroulé la liste des combats qu’il entend mener pour sa deuxième année de mandature.

Avant de détailler ses sujets d’agacements, le président de la Chambre a distribué les félicitations aux différents partenaires institutionnels (Région, Métropoles, État, Min...), à commencer par le Conseil départemental et sa présidente, “promoteurs d’une politique agricole sans équivalent dans la région, et peut-être même en France”, selon lui. “La préservation du budget agricole départemental, dans un contexte pour le moins incertain, est un acte fort que la Cham­bre, principal opérateur de la politique agricole du Département, sait apprécier à sa juste valeur...”, a-t-il par ailleurs souligné.

“Nous aurons besoin

de soutien”

Un hommage salué, un peu plus tard, par Lucien Limousin, vice-président du Conseil départemental 13, lors de sa prise de parole, qui a souligné que “les Bouches-du-Rhône était le seul département à voter volontairement un budget de dix millions d’euros en faveur de l’agriculture”.

Après cette mise en jambe, le président a attaqué “les sujets qui fâchent”, après un bref préambule : “Nous aurons assurément besoin du soutien fort de l’État, des élus, et des collectivités dans les prochains mois alors que, jamais peut-être, notre profession n’a été autant sous pression que durant l’année écoulée...”. Ses motifs d’agacement sont en effet nombreux : “Phytosanitaires, cause animale, nuisances sonores, olfactives... Une frange minoritaire et extrémiste de la société conteste jusqu’à l’activité d’élevage, le traitement des cultures, la présence même d’agriculteurs dans des secteurs devenus principalement des zones d’habitat... Quand elle ne nous dicte pas ce que doivent manger nos enfants, au mépris de nos plus essentielles libertés individuelles. Jamais, nous n’avons eu à faire face à un climat aussi malsain, aussi irrationnel, avec près de 15 000 délits visant des agriculteurs sur une année, jusqu’à cet exploitant en bio de notre département, qui s’est fait rudoyer par un voisin, alors qu’il traitait ses oliviers... au cuivre !”.

Un observatoire de l’agribashing annoncé

Rappelant les combats menés par le monde agricole et la Chambre - défense et sécurisation des terres agricoles, augmentation des capacités de stockage de l’eau pour l’irrigation... -, il a aussi pointé les sujets d’inquiétude pour l’avenir - baisse du pouvoir d’achat des retraités, compétitivité des exploitations, sur-réglementation, ZNT, Pac... - pour finalement s’attarder sur la stagnation de la production agricole. “L’excédent commercial agricole français, qui faisait notre fierté, le troisième après ceux de l’aéronautique et des cosmétiques, a été divisé par deux entre 2011 et 2017, marquant un recul historique quand, à dires d’experts, la France constatera son premier déficit agricole en 2023 !”, s’est alerté Patrick Lévêque.

Sur plusieurs de ces points, le président de la Chambre a reçu le soutien des représentants des collectivités territoriales et de l’État présents, à travers leurs différentes interventions. Parmi les annonces concrètes de ces derniers, on retiendra celle faite par la secrétaire générale de la Préfecture : elle a annoncé qu’un “observatoire de l’agribashing” verrait le jour d’ici mars 2020 au plus tard. “Cette cellule départementale, placée sous l’autorité du préfet et du procureur de la République, aura comme mission de recenser les actes hostiles aux agriculteurs, d’accompagner ces derniers dans leurs démarches suite à des intrusions illégales, des atteintes verbales ou physiques, mais également de sensibiliser le grand public sur les pratiques agricoles.” Une initiative locale qui fait écho à la récente rencontre entre la FNSEA et la ministre de la Justice (lire ci-dessous).

Julien Dukmedjian


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône Patrick Lévêque vœux CA13 politique agricole agribashing ZNT