Chambre d'agriculture 13 : Une feuille de route dense, mais non figée

Publié le 23 avril 2019

Le nouveau président de la Chambre d’agriculture, Patrick Lévêque, entouré des élus et des invités.

La session de la Chambre d'agriculture du 16 avril a montré l'ampleur des dossiers d'actualité, à traiter rapidement.

Après la session d'installation du 4 mars, où la nouvelle équipe en place, présidée par Patrick Lévêque, a officialisé sa victoire aux élections, il fallait poursuivre la tâche. La session du 16 avril a montré la feuil­le de route des mois à venir.

À ce titre, Patrick Lévêque a exposé ses premières priorités. Ainsi l’installation, apparaît déjà comme ‘le’ sujet de la mandature. Avec un dispositif étoffé pour assurer cette mission, la Chambre entend veiller à la qualité, et à la viabilité, des projets qui émergeront et qu’elle accompagnera sur les territoires. “C’est pourquoi nous entendons développer, avec nos partenaires, une offre de services dédiée, afin de proposer un accompagnement dans la période, ô combien périlleuse, du démarrage de l’activité agricole”, précisait Patrick Lévêque

Pour le président de la Chambre d’agriculture, “la problématique du renouvellement des générations est d’une importance, et d’une complexité telle, qu’elle doit être traitée dans sa globalité”. C’est ce constat qui a conduit la compagnie à créer, en ce début d’année, un Point accueil transmission (PAI) au sein de la Chambre, afin d’assurer le repérage, l’information et l’accompagnement des cédants potentiels.

‘L’État’ attendu au tournant

Autre sujet d'importance, dont on n'a pas fini de parler, celui du foncier. La Chambre d’agriculture intervient déjà sur de nombreux documents d’urbanisme, et dans de nombreuses instances. Mais, au vu des pressions, l’établissement se montrera intransigeant pour représenter et défendre les intérêts des exploitants dans l’organisation du territoire et les aménagements. “Malgré tous nos efforts, plus de 1 000 hectares sont encore consommés chaque année dans le département”, déplore le président Lévêque, qui attend une application stricte du principe ‘Éviter, réduire, compenser’ et, bien entendu, que l’agriculture soit reconnue en tant qu’activité économique. Il n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer son amertume sur ce sujet et profondément regretté l’absence du préfet pour cette première session ; les services de l’État étant en l’occurrence représentés par Pascal Jobert, directeur adjoint de la DDTM 13. Aussi plusieurs dossiers ont été évoqués sur le volet foncier, parmi lesquels le droit de construire pour les besoins de l’exploitation, les obstacles qui se dressent face aux projets de reconquête agricole en milieux boisés, le photovoltaïque au sol, et bien d’autres encore sur lesquels la Chambre d’agriculture fera entendre sa voix. Elle attend, dans tous les cas, plus d’ambition des autorités pour accompagner l’économie agricole.

Autre enjeu essentiel pour l’agriculture départementale : la gestion de l’eau. Là encore, la Chambre est dans l’attente de précisions des services de l’État sur les possibilités envisageables, en matière de création de ressources de substitution, et de stockage supplémentaires. Pour sa part, le président de la Chambre a indiqué sa détermination à défendre “le droit légitime d’irriguer face aux autres besoins en eau potable, en eau pour l’industrie, aux débits réservés”, mais aussi ”la modernisation des réseaux à la SCP et à l’Agence de l’eau” notamment, ou encore “d’être présents sur les sujets de la vulnérabilité aux inondations, et sur celui du coût de l’eau pour les irrigants”.

Nuisibles et prédation au cœur des débats

Dans l'actualité des Bouches-du-Rhône, impossible de passer sur les récentes attaques de loup (sept recensées à ce jour dans le département en 2019) et le nombre inquiétant des dégâts de grand gibier. L'augmentation constante des indemnisations, payées au titre des dégâts, ou les difficultés rencontrées par un nombre croissant d’agriculteurs, démontrent la nécessité de renforcer l'action de régulation des populations de sangliers.

Emmanuel Delarue


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre agriculture installation foncier loup prédation session