Chambre d’agriculture : la nouvelle équipe est en place

Publié le 11 mars 2019

Les 34 membres de la session de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, installée le 4 mars.

La session d’installation de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, qui a eu lieu le 4 mars, a élu à sa présidence Patrick Lévêque, ainsi que l’équipe qui va l’entourer pour cette mandature.

La session d'installation de la Cham­bre d'agriculture des Bouches-du-Rhône a eu lieu le 4 mars, sous la présidence du préfet, Pierre Dartout. À l'issue de cette session, Patrick Lévêque, seul en lice, a confirmé sa place après les résultats obtenus aux élections de janvier. Il a été élu à la majorité avec 26 voix, sur 30 votants. Ce fut ensuite l’élection des 12 membres du bureau et des membres invités qui s’est faite, là aussi sans surprise, avec une liste composée d’élus FDSEA/JA.

Pour rappel, la session de la Chambre d’agriculture, qui compte 34 membres et invités, est structurée sous forme de collèges représentant les exploitants agricoles, les anciens exploitants, les propriétaires et usufruitiers, les salariés de l’agriculture, les structures agricoles ‘syndicales et économiques’ et le CRPF. Elle se réunira deux fois par an, en présence des représentants de l’État (préfet, directeur des territoires et directeur des finances publiques) pour définir les grandes orientations de la politique agricole départementale. La prochaine session se déroulera le 16 avril.

Installés dans leurs nouvelles fonctions pour six ans, les élus des différents collèges représenteront donc les agricultrices, agriculteurs et salariés du département. De grands défis attendent ce collectif, comme le renouvellement des générations, la création d’activités nouvelles, les innovations en réponse aux enjeux environnementaux et climatiques, le développement des marchés départementaux ou encore le travail à accomplir pour donner une image positive de leurs métiers.

Convictions, compétences et engagement

Mesurant les responsabilités et les devoirs qui lui sont confiés, face aux attentes de l’ensemble de la profession agricole, le nouveau président, Patrick Lévêque, “ému et fier”, a d’abord remercié les électeurs pour la confiance qu’ils lui avaient témoignée en l’élisant.

Saluant l’action et le bilan de ses prédécesseurs à la tête de l’institution, il a aussi donné quelques pistes sur l’état d’esprit de la nouvelle équipe, ainsi que le travail qui l’attend : “C’est une équipe de femmes et d’hommes de convictions, de compétences, engagés. Une équipe de combat qui va commencer à travailler dès demain, sur laquelle je vais pouvoir m’appuyer”. Un bureau, tout aussi combatif, va se réunir dans les prochains jours et donner l’impulsion d’une dynamique engagée pour les six prochaines années. “Je compte sur chacun d’entre vous. Ce n’est que collectivement que nous relèverons les défis que nous imposent les mutations actuelles de l’agriculture. Afin d’y parvenir, nous avons la chance d’œuvrer dans le cadre d’un établissement aux fondations solides, reconnu pour la qualité de ses actions”, a insisté le nouveau président de la Chambre.

Ce dernier pourra aussi compter sur des partenaires solides, “à commencer par le Conseil départemental, qui fait beaucoup pour notre agriculture, la Métropole, le Pays d’Arles et les intercommunalités, ainsi qu’un large réseau d’organisations professionnelles, avec qui la Chambre continuera de travailler pour le développement de l’économie agricole locale”.

L’installation des jeunes, la défense et la reconquête du foncier agricole, la question hydraulique, l’accompagnement du progrès technique des filières,  l’accompagnement sur le bio, ou encore les circuits courts, sont quelques un des axes de travail qui attendent la Cham­bre d’agriculture dans des missions.

Le revenu des exploitants avant tout

Aussi, le président a donné le cap et la ligne directrice. “Nous défendrons, en ces murs, une conception d’une agriculture viable, basée sur l’économie et le revenu des exploitants”, a-t-il souligné. Et c’est avec une Chambre d’agriculture “où toutes les idées ont leur place et où une seule idéologie s’exprime, celle du revenu des agriculteurs et des agricultrices”, qu’il entend y parvenir.

À son équipe qui va l’entourer, il a martelé “son engagement total au service du développement agricole et rural du département”.

Emmanuel Delarue


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre agriculture FDSEA 13 JA 13 syndicalisme élections