Congrès de la FDSEA 13 : les signes de qualité en débat

Publié le 11 février 2020

La profession agricole française s’est engagée, depuis quelques décennies déjà, dans la production de qualité, en témoignent les nombreux labels présents dans le département. Ces signes de qualité sont-ils aujourd’hui la seule voie pour l’agricultu

Le jeudi 13 février, sous la présidence de Patrick Lévêque, président, se tiendra le congrès de la FDSEA des Bouches-du-Rhône, placé cette année sous le thème : ‘Les signes de qualité sont-ils devenus incontournables en agriculture ?

La demande sociétale en matière d’alimentation semble être tou- jours plus de qualité, de bien-être animal, et de local. D’un côté, la loi Egalim a imposé 50 % de produits de qualité et durables dans la restauration collective, dont 20 % de bio. De l’autre, les agriculteurs souffrent d’une mau- vaise perception de la qualité de leurs produits et d’agribashing.

Pourtant, le modèle agroalimentaire français est reconnu comme l’un des plus durables, la France étant le pays possédant le plus de signes officiels de qualité, le plus de normes et de con- traintes par rapport aux agricultures des autres pays.

La profession agricole française s’est engagée, depuis quelques décennies déjà, dans la production de qualité, et le département témoigne des nombreux labels sur les vins, les huiles d’olive, le foin de Crau ou encore l’agneau, le riz, le taureau... Plus récemment se sont développés la certification HVE (Haute valeur environnementale) ou le label ‘zéro pesticide’. Le bio est également en plein essor, le département étant d’ailleurs le premier en France en termes de surfaces bio (25 %).

Un standard nécessaire ?

Mais ce qui était une marque distinctive de qualité autrefois valorisée devient le standard nécessaire pour accéder aux marchés. Derrière les changements de pratiques, il y a des investissements parfois lourds pour les exploitations, et seulement une minorité de consommateurs français est prête à payer le prix de la qualité.

Alors, faut-il monter en gamme à tout prix ? L’origine française n’est-elle pas déjà le premier signe de qualité ? Les signes de qualité sont-ils une réponse à l’agribashing ? Ces questions, et bien d’autres, seront abordées lors de la table ronde organisée à l’occasion du congrès de la FDSEA 13, en présence d’Arnaud Rousseau, administrateur de la FNSEA, de représentants de la GMS, d’un représentant des consommateurs et d’agriculteurs témoignant sur leurs démarches. Les travaux se concluront à 18 h 30, par un apéritif buffet dînatoire.

Les agriculteurs sont invités à y participer à partir de 13 h 30. Rendez-vous à la salle des fêtes de Puyricard. n

FDSEA 13


OPA - Serv. publicsSyndicalismeSyndicalisme FDSEA Agribashing