Crédit Agricole Alpes Provence : territoriale, mutualiste mais compétitive

Publié le 11 avril 2022

Franck Alexandre, président du conseil d’administration du Crédit Agricole Alpes Provence, et le directeur général, Serge Magdelaine, face aux journalistes, le 21 mars à Marseille (© E. Delarue)..

La caisse régionale du Crédit Agricole Alpes Provence a présenté des résultats plus que satisfaisants pour 2021. Solide et performante, la banque ne manque pas d’ambitions pour son territoire en 2022.

La proximité et la connaissance des gens sur leur terrain continuent d’être les repères essentiels du Crédit Agricole Alpes Provence (CAAP). Dans un contexte de crises et plein d’incertitudes, ces notions chères à la banque lui ont valu de produire de très bons résultats en 2021. “Ils s’inscrivent dans notre politique de développement long terme, et nous permettent de constituer des fonds propres, pour continuer de servir l’économie du territoire“, annonçait le président du conseil d’administration, Franck Alexandre, à l’occasion de la présentation des résultats de la caisse régionale à la presse, le 21 mars à Marseille. Si la banque “prépare l’avenir avec prudence“, elle n’en demeure pas moins un contributeur essentiel au développement du territoire. “Malgré les évènements que nous connaissons depuis deux ans, avec la crise du Covid que nous vivons encore aujourd’hui, nous avons continué de soutenir différents projets, que ce soit en matière de tourisme et de culture, dans l’accompagnement des agriculteurs face au gel des cultures, ou bien encore en aidant les jeunes de notre région et en soutenant l’entreprenariat“, résumait le président. En 2021, CAAP a réalisé sa part dans le soutien et la relance de l’économie.

Très forte dynamique commerciale

Les encours de crédits ont progressé de 5,4 %, pour atteindre près de 18 milliards d’euros sur le territoire, tandis que les encours de collecte se sont aussi améliorés de 6 %. Cette dynamique commerciale très forte s’est traduite par de bons résultats : 34 500 nouveaux clients ont rejoint la banque régionale, et 11 205 nouveaux sociétaires ont adhéré à ses valeurs coopératives.

Dans le même temps, “le territoire va mieux et l’économie est plus résiliente, puisqu’il y a eu 6,5 % de défaillances d’entreprises en moins, ce qui a permis de diminuer fortement nos risques,  avec un taux de créances douteuses et litigieuses de 1,40 %“, soulignait le directeur général, Serge Magdeleine. Le montant alloué aux provisions pour risques a lui aussi baissé, passant de 87 millions d’euros (M€) en 2020 à 45,6 M€ en 2021. Pour soutenir l’économie du territoire, la banque a aussi continué à produire des Prets garantis d’État pour 626 M€.

La très forte activité de la caisse régionale a généré un résultat historique jamais atteint par CAAP, avec 117,1 M€. Il est plus de deux fois supérieur à 2020. Mais le directeur veut tordre le coup à l’idée qui consisterait à penser que les banques s’engraisseraient quand l’économie serait en convalescence. Comme l’expliquait Serge Magdeleine, si la CAAP a produit un très bon résultat en 2021, c’est en raison des dividendes perçus cette année de Crédit Agricole SA, d’une division par deux du coût du risque, ainsi qu’à un très bon dynamisme commercial des équipes et de toutes les fonctions support de la caisse régionale. “Avec ce très bon résultat, nous avons continué à faire progresser notre taux de couverture. Nous ne sommes pas sortis des crises, et il nous faut donc maintenir un très haut niveau de provisionnement pour préparer à l’avenir“, ajoutait le directeur général. 

Développer de la valeur et soutenir les plus vulnérables

L’avenir justement, le Crédit Agricole Alpes Provence prévoit 2022 comme une année, à la fois digitale et sociétale. “Deux tiers de nos clients post Covid ne viennent plus en agence, ce qui signifie que la transformation digitale est la clé pour continuer à servir nos clients. L’année sera aussi sociétale, car nous ne pouvons plus arbitrer notre allocation de ressource entre la nécessaire main tendue – que l’on doit à nos clients les plus démunis –
et le nécessaire investissement, que l’on doit avoir aussi pour sauver le climat“
, commentait Serge Magdeleine.

La caisse régionale veut continuer d’accompagner la croissance créatrice de valeur, tout en sauvant les entreprises. Notamment celles impactées par le dérèglement climatique. Le gel sans précédent de l’hiver dernier l’a bien illustré. Et pour apporter une réponse adaptée au défi sociétal qui lui est posé, le groupe Crédit Agricole a décidé de prendre des engagements sociétaux forts.

Notre cohésion sociale, l’agriculture qui nous nourrit, les infrastructures qui nous transportent et nous informent, et notre environnement constituent le bien commun de notre territoire que nous voulons consolider. C’est à partir de ce bien que l’on pourra prospérer et créer de la croissance économique. Pour y parvenir, le Crédit Agricole entend axer son action sur le développement de l’entreprenariat créateur de richesses responsables“, concluait le directeur, Serge Magdeleine. 

Emmanuel Delarue

 


Banque territoire CAAP risque défaillance

Banque, ,