Gignac-la-Nerthe : Mobilisation générale pour un couple d’agriculteurs

Publié le 20 juin 2022

Le 7 juin dernier, Thibaud et Caroline Beysson ont convié la presse à une conférence de presse, organisée en partenariat avec la ville et les OPA agricoles, pour présenter le calvaire de voisinage qu’ils vivent depuis trois ans (© J. Dukmedjian).

Des représentants des collectivités territoriales et du monde agricole sont venus apporter leur soutien, la semaine dernière, à un couple de maraîchers de Gignac-la-Nerthe, victime de dégradations et d’une agression ultra-violente de la part de ses voisins.

L’écœurement, la colère et le découragement : Caroline et Thibaud Beysson, un couple de maraîchers installé à Gignac-la-Nerthe, oscillent entre tous ces sentiments depuis l’agression de trop, qui s’est produit le 30 mai dernier et s’est soldée par dix jours d’Incapacité temporaire travail (ITT). Caroline Beysson se trouve dans sa voiture ce jour-là, en fin d’après-midi, à l’entrée du chemin qui mène à son domicile, quand le véhicule qui la précède et celui qui se trouve derrière elle la bloquent. Plusieurs hommes en descendent et s’approchent d’elle. “Je n’ai pas eu le temps de remonter la vitre. Une pluie de coups s’est abattue sur moi. J’ai cru que j’allais mourir !”, raconte Caroline Beysson, avec émotion.

Les hématomes sur son visage et la minerve qu’elle porte depuis l’agression témoignent de la violence des coups. À ses côtés, son époux est lui aussi très ému et en colère. Parce que la situation intenable que vit le couple se poursuit depuis trois ans, date à laquelle il s’est installé sur une parcelle de cinq hectares, entre la D9 et la D568, à proximité de la ZAC des Florides et à quelques kilomètres de l’Étang de Berre. “Nous cherchions du foncier depuis quatre ans. J’ai répondu à un appel à projet de la ville de Gignac-la-Nerthe qui cherchait à installer des agriculteurs sur la commune”, explique Thibaud Beysson : “C’était une opportunité en or, avec des terres d’une excellente qualité agronomique, la possibilité d’irriguer les cultures et un bassin de clientèle tout proche”.

Il ignore alors que les familles, installées en toute illégalité depuis plusieurs années sur un terrain agricole, de l’autre côté du chemin de terre qui mène à la route départementale, ont déjà fait vivre un véritable enfer aux anciens propriétaires des parcelles que le couple Beysson exploite aujourd’hui. “Profitant du laxisme communal qui a prévalu durant des années à Gignac”, ces familles ont “décidé de chasser le voisinage pour s’approprier des lieux” qui ne leur appartiennent pas, “notamment une partie du chemin d’accès à la ferme communale qu’occupe Caroline et Thibaud Beysson”, résume Christian Amiraty, le maire de Gignac-la-Nerthe. Après cette agression violente, qui fait suite à 15 plaintes restées sans suite, ce dernier a décidé de taper du poing sur la table et d’alerter la presse, les représentants du monde agricole – Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, FDSEA 13, JA 13 – et des collectivités territoriales : Conseil départemental 13, Métropole Aix-Marseille et Région Sud.

Nous vivons dans la peur

L’occasion pour le maire – engagé dans une politique de reconquête des terres agricoles sur le territoire de la commune –, de déplorer que “les pouvoirs publics aient fermé les yeux pendant des années sur l’occupation illégale, par des prédateurs, de terres agricoles qui sont désormais perdues, du fait des délais de prescriptions”. Représentant la FDSEA 13, Claude Rossignol a pour sa part témoigné “de son sentiment d’écœurement, d’incompréhension et de colère”. “Comment les agriculteurs peuvent-ils rester s’ils ne sont pas protégés ?”, s’est indigné l’ancien président de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, Patrick Lévêque, en assurant qu’il évoquerait le sujet “auprès des instances nationales de la FNSEA”. Jugeant cette situation “incompréhensible”, Thomas Chaullier, le président des JA 13, a pour sa part assuré le couple “qu’il n’était pas question de les laisser tomber”, insistant sur “une problématique qui touche les agriculteurs à l’échelle du pays tout entier”.

Christian Burle, maire de Peynier et vice-président de la Métropole Aix-Marseille délégué à l’Agriculture, et Patrick Lévêque ont quant à eux apporté leur soutien au couple de maraîchers. “On ne va pas s’arrêter là : vous devez bénéficier de la protection des services de l’État ! J’ai appelé le préfet pour l’informer de cette situation, en lui demandant d’agir en conséquence”, a notamment insisté Patrick Lévêque. Christian Amiraty, le maire de Gignac-la-Nerthe, a quant à lui rappelé qu’il avait tenté, au départ, une médiation entre les deux parties. “J’ai pensé qu’il s’agissait d’un simple conflit de voisinage et que les voies de la raison allaient l’emporter”, avant de comprendre que “le seul objectif de cette famille, c’est de ne pas avoir de voisins et de s’approprier l’espace qui les environne, peut-être pour se soustraire au regard d’honnêtes gens ?”.

Invités à témoigner du calvaire qu’ils subissent depuis des années, Thibaud et Caroline Beysson ont quant à eux exprimé sobrement, devant les journalistes et les élus présents, leur ras-le-bol et leur lassitude : “Notre seul objectif, c’est de vivre de notre activité. Soit la justice se saisit de cette affaire et on continue. Soit il ne se passe rien et dans ce cas, nous arrêtons. Je ne peux plus continuer ainsi : j’ai désormais peur pour mon intégrité physique et celle de mon épouse” a conclu Thibaud Beysson. 

Julien Dukmedjian


Agression occupation illégale FDSEA