Groupama Bouches-du-Rhône : La fédération affiche sa vitalité

Publié le 06 mars 2019

Jean-Pierre Constant, président de Groupama Méditerranée, aux côtés du directeur général, Michel Penet, et de Monique Aravecchia, présidente de la fédération des Bouches-du-Rhône.

La bonne santé de la fédération départementale s’inscrit dans la stratégie amitieuse de la caisse régionale, dont les résultats 2018 s’annoncent encore positifs.

La fédération départementale des Bouches-du-Rhône de Groupama Méditerranée a tenu son assemblée générale à Vernègues, le 22 février dernier. Les membres du conseil d’administration et les présidents des 16 caisses locales du département ont pu ainsi dresser le bilan de l’exercice de 2018, mais aussi faire le point sur une actualité dense.

Au cours d'une année riche en événements, et malgré un contexte difficile sur le plan économique, la fédération a su mener de front sa stratégie, dont l’objectif reste le renforcement de sa présence au niveau local. Pour Monique Aravecchia, la présidente de la fédération, “le bilan des activités développées dans les Bouches-du-Rhône est très positif”. La fédération, qui compte 33 372 sociétaires, a continué de développer sa “politique intensive de partenariats et d'encouragements aux projets collectifs, au profit d'associations ou d'organisations professionnelles agricoles et non agricoles”.

Les élus au cœur du réseau

Dans son rapport moral, la présidente de la fédération départementale a insisté sur “l’importance de la formation des élus à Groupama, afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle d’ambassadeur sur le terrain”. La vitalité des caisses locales continuera de s'appuyer sur ces cessions de formations et par un travail d'ouverture dans leur vie institutionnelle. “Les élus doivent rester des acteurs forts”, a plaidé Monique Aravecchia : “Plus jeunes, plus ouverts aux femmes, aux jeunes agriculteurs et aux milieux non agricoles, ils doivent ressembler à notre sociétariat, autant rural qu’urbain”.

Les bons résultats de l’activité d’assurance et de services financiers, obtenus en 2018 dans le département, s’inscrivent dans un contexte régional satisfaisant, qu’ont tenu à développer brièvement les dirigeants de Groupama Méditerranée présents à Vernègues. La caisse régionale tiendra son assemblée générale régionale le 25 avril, en Avignon. Sans dévoiler de chiffres, on sait néanmoins que le résultat de l’année 2018 pour Groupama Méditerranée est positif.

Très forte sinistralité climatique

Comme l'a précisé Michel Penet, directeur général de Groupama Méditerranée, l’année a pourtant été marquée par des sinistres climatiques majeurs sur le large territoire de la caisse régionale. Les Bouches-du-Rhône ont moins été touchés que les autres départements et présentent de bons résultats sur les ratios de sinistralité. À l’échelle de Groupama Méditerranée, plus de 75 millions d’euros (M€) ont été consacrés au climatique, dont près de 30 M€ pour les innondations dans l’Aude.

“La croissance de nos activités commerciales nous permet pourtant de dégager un résultat social positif”, assure Michel Penet. “Ce résultat nous permet de con­solider la situation de l’entreprise, mais aussi en redistribuer une partie”.

Le chiffre d’affaires (IARD et Vie) enregistre en effet une progression de près de 1,8 %, confirmant ainsi la stratégie de l’entreprise mise en place ces dernières années.

L’autre point de satisfaction, présenté par le directeur de Groupama Méditerranée, concerne la réduction des coûts de fonctionnement. “Nous sommes pas­sés sous la barre des 25 % du chiffre d’affaires, ce qui nous permet de voir l’avenir avec sérénité”, soulignait-il.

Tous ces résultats valident la stratégie de croissante rentable, établie par le conseil d’administration depuis plusieurs années. Jean-Pierre Constant, président de Groupama Méditerranée, s’en est félicité. Il a par ailleurs souligné “l’investissement des élus, aux côtés des collaborateurs, lors de tous ces évènements climatiques qui ont durement frappé l’ensemble du territoire de Groupama Méditerranée”. En effet, les comités locaux d’indemnisation – créés en 2015, et qui permettent aux élus d’intervenir sur le terrain afin d’aider les sociétaires dans leurs démarches et d’accélérer le traitement des dossiers – ont été particulièrement précieux cette année.

Emmanuel Delarue


OPA - Serv. publicsMutualismeAssurance Mutualisme sinistralité