Halte à la casse de l’agriculture et au mépris du monde rural

Publié le 08 octobre 2019

Le ministère a confirmé la baisse de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) qui va amputer le budget des Chambres d’agriculture.

Les présidents des six Chambres dépar­te­men­tales et celui de la Chambre régionale Paca sont unanimement vent debout contre la baisse an­noncée de leurs budgets et “n'acceptent pas le démantèlement programmé par l'Etat” des Chambres d'agriculture.

OUI ! Nous avons un projet pour notre agriculture : notre engagement et notre responsabilité, c’est d’avoir une vision stratégique pour l’avenir. C’est pour cela que nous avons été élus.

Ce projet, nous l’avons construit à l’échelle de notre réseau à partir de vos besoins et de vos demandes de terrain, et nous le faisons vivre dans chacun de nos départements et sur l’ensemble de nos territoires.

Notre vocation, c’est d’accompagner tous les projets, collectifs et individuels de nos agriculteurs, de nos filières au plus près de nos territoires.

Notre ambition, c’est d’être au côté des agriculteurs de notre région, interpellés de toute part sur leur légitimité, leur métier, leur place dans la société. C’est d’être à leurs côtés pour les aider à s’installer, à améliorer leurs résultats économiques, à se former, à passer le cap de la transition agro-écologique, à s’adapter aux exigences des marchés, aux craintes liées à la pollution, à la prédation, au changement climatique…

Notre savoir-faire, c’est le développement de l’agriculture régionale, à travers la défense des terres agricoles, la gestion qualitative et quantitative de l’eau, l’accompagnement dans l’évolution des méthodes culturales, la promotion des démarches de qualité, l’accompagnement des filières à travers les aspects sanitaires, l’expérimentation, la valorisation des produits, la recherche de nouveaux débouchés…

Notre ADN, c’est le conseil, et l’accompagnement au quotidien des exploitations : conseil technique, économique, conseil de transition, conseil à l’installation et à la transmission…

NON ! Nous n’acceptons pas le démantèlement programmé par l’État des Chambres d’agriculture. Nous n’acceptons pas la diminution massive de nos ressources, tel que le prévoit le projet de loi de finances pour 2020.

Ces ressources sont essentielles, car elles conditionnent le maintien de notre capacité à apporter un appui objectif et indépendant au plus grand nombre, auprès des jeunes et de ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder au conseil privé !

Nous ne pouvons pas laisser croire que cela amènera un retour de pouvoir d’achat sur les exploitations, pour masquer l’échec des EGA et de la loi Egalim !

Nous n’abandonnerons pas les territoires ruraux et les agriculteurs, car c’est notre mission de les accompagner en toutes circonstances. Plus que jamais, même si nos décideurs semblent de plus en plus souvent les oublier, nous resterons aux cotés des agricultrices et des agriculteurs de la région pour soutenir leurs ambitions et leurs projets !”

André Bernard, président de la Chambre régionale d’Agriculture

Michel Dessus, président de la Chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes

Frédéric Esmiol, président de la Chambre d’agriculture des Alpes-de-Haute-Provence

Fabienne Joly, présidente de la Chambre d’agriculture du Var

Georgia Lambertin, présidente de la Chambre d’agriculture de Vaucluse

Patrick Levêque, présidentde la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône

Éric Lions, président de la Chambre d’agriculture des Hautes-Alpes


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre régionale agriculture loi des finances 2020 budget de l'agriculture taxe additionnelle sur le foncier non bâti TFNB