Journée du don agricole : quelle belle solidarité !

Publié le 08 octobre 2019

Douze tonnes de fruits et légumes frais ont été données en une journée ! Le don agricole c’est une chaîne humaine, qui se professionnalise, avec un fort besoin en logistique.

Douze tonnes de fruits et légumes ont été offertes en une journée ! Mardi 24 septembre, les agriculteurs des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse ont apporté leurs dons, de beaux produits frais, au Min de Châteaurenard et au Min des Arnavaux de Marseille. Générosité, solidarité… et logistique !

“Aujourd’hui, nous voulions mettre en lumière la générosité des agriculteurs du Sud de la France. C’est une très belle réussite. Nous avons récolté douze tonnes de fruits et légumes frais, variés, de très belle qualité. La solidarité est une valeur forte dans le monde agricole”, observe Angélique Delahaye, maraîchère et présidente de Solaal. Cette association met en relation gratuitement les agriculteurs, qui proposent des dons, et les associations d’aide alimentaire. “C’est très intéressant aussi pour l’aide alimentaire de bénéficier de la très grande diversité en fruits et légumes de cette région. Le succès de la journée du don de l’an dernier nous a encouragés à recommencer. Sachez que le don se fait aussi par le biais de personnes qui s’engagent à donner dans l’année. Depuis cinq ans, nous avons récolté 14?000?tonnes de fruits et légumes frais en dons, soit l’équivalent de 28 millions de repas !”

Jérémie Becciu, directeur du Min de Châteaurenard, est satisfait de l’évolution de ces actions : “Notre Min, à la frontière entre le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, mais aussi le Gard, a une capacité de collecte importante, avec des producteurs qui jouent le jeu, de plus en plus. Ce matin, 95 donateurs sont venus apporter leurs dons, allant du simple colis à trois palettes de produits frais ! Cette journée permet de nous professionnaliser davantage, car il faut savoir qu’elle nécessite en amont une importante logistique, jusqu’à préparer des palettes diversifiées pour chaque association d’aide alimentaire. C’est un travail de fond qui porte ses fruits !”

À Marseille, le Min des Arnavaux, sollicité par la FDSEA 13, a participé pour la première fois à cette journée du don agricole. “Sur le carreau, une cinquantaine de producteurs et une vingtaine de grossistes ont répondu à cet appel solidaire. Les produits offerts présentent une très belle qualité, avec une grande variété, des fruits et légumes très frais classiques, locaux, mais aussi des produits exotiques, avocats, mangues avion, des herbes aromatiques et des produits AOP”, se réjouit Marc Dufour, directeur du Min.

Satisfactions

“C’est merveilleux, cette mobilisation pour la générosité ! La vie est difficile, mais les agriculteurs aident leurs prochains. Ce ne sont pas des voyous qui empoisonnent !”, tient à souligner Gérard Roche, élu FDSEA de Vaucluse. “Face à toute cette solidarité, nous voulons ouvrir une antenne locale de Solaal. Cela permettrait pour les producteurs d’avoir un véritable repère, pour faciliter la chaine du don, d’être encore plus efficace tout au long de l’année”, estime aussi Éric Testud, vice-président de la FDSEA 13.

Les associations d’aide alimentaire sont là pour venir chercher les palettes de dons : la Banque alimentaire, les Restos du cœur, la Croix rouge, le Secours populaire, l’Association nationale des épiceries solidaires et l’association de réinsertion les ‘Jardins de la Méditer- ranée-Imagine 84’ dont le directeur, Nicolas Cabot, témoigne de son action tout au long de l’année : “Nous limitons le gaspillage alimentaire en remettant les gens au travail. Nous récupérons ainsi les produits écartés sur le Min d’Avignon, et cela avoisine 1?500 tonnes par an, que nous distribuons dans 40 départements via d’autres relais”.

Les besoins sont en effet importants et – pour que le public en précarité ait davantage accès à une alimentation saine, de qualité – le Conseil départemental de Vaucluse s’apprête à candidater à l’appel à projet pour un Projet alimentaire territorial à vocation sociale et éducative.

Améliorer la logistique

L’envie de donner ne manque certes pas. Le talon d’Achille, c’est la logistique. Tout est basé sur le relationnel. Alors, dans ce cadre, comment faire se rencontrer les différents acteurs, sans leur créer de contraintes supplémentaires ?

En premier lieu, les donateurs doivent savoir à qui s’adresser. Solaal, avec eux, a donc créé une application smartphone pour leur simplifier la vie (plus d’info sur internet :  https://dons.solaal.org).

Pour être plus visible, l’association entend ouvrir des antennes locales. Six à neuf postes pourraient ainsi voir le jour dans les mois qui viennent. “Nous voulons accompagner la création de ces antennes, nous apporterons notre soutien administratif, nos connaissances, mais cela doit démarrer à partir d’une mobilisation locale, de financement d’une collectivité”, précise Dorothée Briaumont, directrice de Solaal.

Sensible à l’appel de Solaal, Marie-Danièle Pages, élue adjointe à la solidarité de Châteaurenard a remercié la présidente de Solaal “pour cet élan de générosité formidable, les agriculteurs sont solidaires avec la société, n’oublions pas qu’ils ont eux aussi besoin de notre soutien. Je souhaite la bienvenue à une future antenne Solaal sur notre commune. Nous lançons donc un appel dès à présent pour trouver un agriculteur retraité qui serait fier de mettre en avant sa profession et motivé pour donner de son temps au profit du don agricole.”

Cécile Poulain


OPA - Serv. publicsSyndicalismeDon générosité FDSEA 13 précarité Solaal association aide alimentaire distribution don agricole