Journée du don agricole : roducteurs et grossistes, solidaires dans la générosité

Publié le 13 octobre 2020

Sur le Min de Châteaurenard, 11 associations d’aide alimentaire, les FDSEA et JA 13 et 84 entouraient la nouvelle présidente de l’antenne Solaal en Pays d’Arles, Marie-Paule Chauvet (Photo : C. Poulain).

La générosité et la solidarité des agriculteurs et des grossistes à l’égard des plus démunis se sont largement exprimées à l’occasion de la journée nationale du don agricole. Près de 14 tonnes de tonnes de fruits et légumes frais ont été collectées sur les MIN de Châteaurenard et de Marseille au profit d’associations. Une première antenne locale de l’association Solaal s’est créée en Pays d’Arles. Le travail de fond du don agricole porte ses fruits, doucement.

"L'objectif a été atteint et l’on espère que les associations seront contentes“, annonçait Marie-Paule Chauvet, agricultrice et représentante de Solaal, l’association de Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires, à l’issue des collectes réalisées le 29 septembre et le 6 octobre. Sur le Min de Châteaurenard, une première action de mobilisation de la profession, menée dans le cadre de la 6e édition de la Journée nationale du don agricole, avait permis de récolter cinq tonnes de fruits et légumes. Neuf tonnes de denrées supplémentaires ont pu être collectées dans un second temps, sur le Min de Marseille Provence.

Sur le terrain, ce sont les FDSEA et les Jeunes agriculteurs des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse qui se sont mobilisés pour cette 3e année aux côtés de Solaal, cette association qui met en relation les agriculteurs donateurs et les associations d’aide alimentaire. En amont, le travail essentiel de sensibilisation – porté notamment par Martine Bouyssie, de la FDSEA 13, et Maryse Arnoux, pour la FDSEA 84 – a payé. Et, malgré la crise, le monde agricole s’est montré réactif, les chiffres de la collecte traduisant, comme l’an dernier, son bel élan de générosité.

En dépit d’une année très compliquée pour les donateurs, agriculteurs et grossistes, toute cette chaîne de production et distribution s’est activée durant le confinement, et les agriculteurs ont encore été au rendez-vous. Sur le carreau de Châteaurenard, c’est en présence d’élus, de la mairie, du Pays d’Arles, des FDSEA et des Jeunes agriculteurs, sans oublier le Conseil départemental de Vaucluse, que Marie-Paule Chauvet a tenu à remercier tous les participants au don : “Merci à nos agriculteurs qui ont encore fait un travail extraordinaire, et qui, malgré les difficultés économiques, apportent des produits de qualité, très diversifiés“. Elle-même agricultrice, elle s’est engagée depuis des années dans la défense et la reconnaissance du métier, et constate que “la crise sanitaire liée au Covid a accéléré l’insécurité alimentaire de populations déjà fragiles. Mais elle a aussi mis en exergue la réactivité du monde agricole pour organiser l’approvisionnement du territoire“. Ce 29 septembre déjà, 11 associations d’aide alimentaire étaient venues récupérer les colis, afin d’aller les distribuer. L’offre est diversifiée : œufs frais, tomates, oignons de Simiane, toutes sortes de courges muscades, potimarrons, potirons, pommes de terre, pommes bio rouges et jaunes, courgettes rondes, aubergines tigrées...

Une antenne locale

Face à la montée de la précarité, Solaal crée des antennes locales (lire encadré). Celle en Pays d’Arles fait partie des premières. “Nous serons ainsi au plus près des agriculteurs pour leur faciliter le don, les informer des outils de défiscalisation, lutter contre le gaspillage et contribuer à l’équilibre nutritionnel des bénéficiaires de l’aide alimentaire“, souhaite Marie-Paule Chauvet, présidente du comité de pilotage Solaal Pays d’Arles. “Cet aspect social, qui est une mission du Conseil départemental, est pris en compte dans le nouveau Projet alimentaire et territorial que nous soutenons, avec le souci de l’accès et de l’éducation à une meilleure alimentation. Actuellement, deux stagiaires travaillent à localiser les invendus agricoles et sur la façon de les récupérer“, précise Christian Mounier, président de la commission agricole du Conseil départemental de Vaucluse.

C’est un paradoxe que cette précarité alimentaire dans notre département, si riche en fruits et légumes frais. Nous devons rechercher les gisements aussi au niveau des coopératives et structures qui calibrent et emballent. Nous travaillons également avec la Caf et la MSA pour continuer les dons de fruits et légumes frais, qui ont commencé pendant le confinement.

Nourrir les gens, notre métier et notre moteur

Quelques jours plus tard à Marseille, aux côtés de Marc Dufour, directeur du Min des Arnavaux, Marie-Paule Chauvet réitérait sa satisfaction de l’opération et son espoir pour la suite : “Les associations caritatives qui viennent en aide aux familles démunies sont actuellement débordées. Mais la mobilisation des agriculteurs et des grossistes, aussi très impliqués, a souligné combien le monde agricole constituait un maillon essentiel dans le domaine de la solidarité“.

Pour sa part, le directeur du Min n’a pas manqué de saluer “tous les producteurs qui ont répondu à l’appel solidaire“, remarquant par ailleurs “la qualité des produits et les volumes, plus nombreux collectés encore que l’an passé“. Romain Blanchard, nouveau président de la
FDSEA des Bouches-du-Rhône, a lui profité de rappeler la principale vocation de la profession qu’il représente, devant les six associations d’aide alimentaire (Andes, la Banque Alimentaire 13 et 84, la Croix Rouge des Milles, le secours Populaire d’Aubagne et de Gardanne) présentes pour récupérer leurs palettes de dons : “De telles opérations participent à solidifier le lien qui existe entre les producteurs et la population. Elles nous ramènent à l’essentiel, car nourrir les gens c’est notre métier et notre moteur“, témoignait-il.

Tous souhaitent que cette journée du don agricole fasse école, que le message circule, afin que cette chaîne solidaire puisse s’installer dans le temps. “Au niveau local, Solaal a vocation à essaimer sur tout le département et pourquoi pas à l’échelle régionale tout au long de l’année“, ajoutait Marie-Paule Chauvet. 

Cécile Poulain & Emmanuel Delarue


Les près de neuf tonnes de dons récoltés grâce à la logistique du Min des Arnavaux a bénéficié à six associations d’aide alimentaire du secteur marseillais (photo : E. Delarue).

OPA - Serv. publicsSyndicalisme