L’écho des vendanges : gérer l’hétérogénéité

Publié le 07 septembre 2021

Le millésime 2021 est caractérisé par une forte hétérogénéité (© E. Delarue).

Les vendanges débutent à peine dans le département. En effet, les raisins vont progressivement rentrer dans les caves à partir de la semaine prochaine. Dans les vignobles, l’hétérogénéité due au gel est telle que les estimations sur le potentiel devront attendre encore un peu.

La maturation des raisins est beaucoup plus tardive cette année comparativement à l’an passé dans le département. Les zones les plus précoces ont commencé à récolter les premières grappes il y a quelques jours seulement. Le décalage avec la campagne 2020 serait de sept à dix jours selon les secteurs, mais il était plus important encore avant que les chaleurs ne rattrapent ce retard au cours du mois d’août.

L’état du vignoble est, en revanche, satisfaisant : la pression mildiou – qui a touché ici et là le feuillage – semble s’éloigner, et la contrainte hydrique, qui a pu se faire également ressentir, a été bien compensée par les irrigations sur la période la plus chaude. C’est bien entendu le gel du mois d’avril qui posera le plus de problèmes cette année, au vignoble comme dans les caves.

Il y a des parcelles pour lesquelles il n’y aura quasiment pas de récolte, et d’autres où la quantité à récolter sera quasiment normale. Mais c’est l’hétérogénéité au sein des parcelles qui sera le plus problématique“, observe Vanessa Fabreguette, conseillère viticulture pour la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône. Au moment de la véraison, à quelques mètres les unes des autres dans un même rang, certaines grappes ont bien basculé du vert au rouge, tandis que d’autres sont restées vertes, notamment sur grenache déjà souvent concerné en temps normal par ces problèmes d’hétérogénéité. Ce décalage – qui va encore persister tout au long de la maturation – aura bien évidemment  des conséquences au niveau de l’organisation des vendanges. “Les contrôles de maturités seront à particulièrement soigner dans la préhension de chaque parcelle cette année“, insiste La technicienne.

Après, sur les cépages blancs, la syrah, ou même des cabernets dont les baies sont entièrement vérées, il ne devrait pas trop avoir de surprise“, rassure Vanessa Fabreguette. Il est cependant encore impossible aujourd’hui d’estimer le potentiel de production.

Les premiers contrôles de maturités en cours  dans la plupart des exploitations sont en train de livrer leur verdict sur les équilibres sucre / acidité des raisins à récolter. Mais déjà, du côté de l’étang de Berre ou de la Camargue, les toutes premières grappes ont été rentrées. Témoignages. n

Emmanuel Delarue

 


ViticultureViticulture vendanges gel baies vérées maturité