La Région au chevet des manades

Publié le 14 juillet 2020

Dans le département des Bouches-du-Rhône, une centaine d’élevages de taureaux, manades et ganaderias, est concernée par ce dispositif d’aides, ainsi qu’une cinquantaine d’élevages de chevaux.

En Camargue, la survie des manades représente un véritable enjeu économique, social et environnemental. Pour venir en aide aux élevages de taureaux et de chevaux, la Région Sud a déclenché un dispositif de soutien de 1,5 million d’euros.

La crise sanitaire liée au coronavirus a fortement fragilisé les éleveurs de taureaux et de chevaux de Camargue. Le confinement a conduit à l’annulation de la saison des courses camarguaises et des traditions taurines. De fait, les manades n’ont pas pu percevoir les recettes qui font vivre tout un territoire à l’année.

Les manades et ganaderias sont pourtant les garantes des traditions locales et de toute une économie territoriale. D’autant que l’interruption d’activités dans les élevages est survenue à une période cruciale sur le plan touristique. En effet, l’accueil du public au sein des manades contribue grandement à l’équilibre économique de ces entreprises. Les afflux de groupes de touristes – qui viennent séjourner en Camargue sur la période de juin et juillet, pour découvrir les élevages et l’activité au sein des manades – sont très importants. Sur un autre aspect, la sauvegarde de l’élevage bovin local est également essentielle, puisque le pâturage des troupeaux permet le maintien de la biodiversité de la Camargue.

À la manœuvre durant tout le confinement pour veiller à la santé des filières et de toutes les exploitations agricoles, la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône et la profession ont donc alerté les collectivités, et notamment la Région Sud, pour venir en aide aux élevages de taureaux et de chevaux.

Élevages de taureaux et de chevaux

En réponse, la Région Sud a déclenché, le 19 juin dernier, un fonds de solidarité de 1,5 million d’euros pour les aider à traverser cette crise. Ce dispositif s’est fait l’écho d’un plan similaire mis en place en région Occitanie. Dans la Région Sud, il ciblera exclusivement les éleveurs des Bouches-du-Rhône, seul département concerné par les manades.

Pourront bénéficier de ce plan, les éleveurs de taureaux et de chevaux Camargue professionnels et inscrits aux livres généalogiques taureaux Raço du Biou, taureau de combat et élevages de chevaux de race Camargue.

Le fonds de solidarité alloué correspond à 2 500 € par mois sur trois mois pour les manades, et 1 000 € par mois sur la même durée pour les élevages de chevaux. Une centaine d’élevages de taureaux, manades et ganaderias, est concernée par ce dispositif d’aides, ainsi qu’une cinquantaine d’élevages de chevaux. Aucun niveau de perte de chiffre d’affaires n’a été requis pour bénéficier de ces aides, étant entendu que l’ensemble des manades a été impacté par d’importantes pertes. L’enveloppe fermée mise sur la table par la Région correspond au financement de ces aides. Pour abonder à ce plan de soutien régional ‘manades’, un dispositif est à l’étude au sein du Département des Bouches-du-Rhône.

Les courses camarguaises ont repris

Aujourd’hui, les courses camarguaises redémarrent. Avec l’accord du ministère des Sports, la saison a pu reprendre dans le respect des règles sanitaires identiques à celles des évènements culturels et autres manifestations sportives. Dans les tribunes, les capacités d’accueil du public ont été réduites, ce qui pénalisera à l’évidence certaines arènes, mais la saison ne sera pas perdue en totalité pour les courses camarguaises. Pour les manades, les mois perdus sur la saison touristique seront, eux, plus difficiles à rattraper. 

Emmanuel Delarue


Autres productionsElevageCourses camarguaises taureau cheval élevage tradition taurine manade ganaderia élevage bovin équin