Maussane : Agressé pour un traitement au cuivre

Publié le 16 avril 2019

Gilles Citi, oléiculteur à Maussane, dans les Alpilles, a été agressé par un de ses voisins en début de semaine.

Un agriculteur de Maussane a été agressé par un voisin, sur ses terres, lors du traitement de ses oliviers, en début de semaine. Une nouvelle affaire que la FDSEA 13 dénonce.

Gilles Citi, oléiculteur à Maussane, dans les Alpilles, a été agressé par un de ses voisins en plein milieu de son verger, en début de semaine. Se présentant comme “justicier de la nature” et “sauveur des abeilles”, cet homme a accusé l’agriculteur d’être un “assassin de la planète”, l’empêchant de remonter sur son tracteur pour poursuivre son travail. Une altercation s’en est suivie. Finalement, alors que l’agriculteur avait informé la gendarmerie du problème, le voisin, comprenant qu’il se trouvait en infraction sur une propriété privée, est retourné sur la voie publique, non sans poursuivre ses accusations contre l’agriculteur et son père, qui l’avait rejoint.

Gilles Citi – engagé dans une démarche bio puisque trois hectares de ses terres sont déjà labellisées, d’autres en conversion – a pourtant expliqué traiter ses oliviers contre l’œil du paon, avec du cuivre, un produit phytosanitaire homologué en agriculture biologique. Mais le riverain n’a rien voulu rien entendre, l’accusant même “d’épandre du glyphosate sur les oliviers, de tuer les abeilles et d’être responsable de la mort de sa ruche”.

Les gendarmes ont mis fin au conflit en éloignant le voisin. Gilles Citi a finalement repris son travail, non sans craindre le retour du voisin, le menaçant de continuer à l’empêcher de traiter…

“Incitation à la haine”

Patrick Lévêque, président de la FDSEA est quant à lui scandalisé par cette nouvelle agression d’un agriculteur dans l’exercice de son métier. “Le climat ambiant d’agribashing, relayé par les médias et les réseaux sociaux, peut conduire dans les cas les plus extrêmes à des suicides d’agriculteurs. Il s’agit clairement d’incitation à la haine de la part de certaines ONG, comme Générations Futures, qui proposent sur les réseaux sociaux de dénoncer les agriculteurs utilisant du glyphosate. De plus, elles diffusent des contre-vérités sur les pesticides.”

Il rajoute : “Comment réagir devant tant de stupidité et de crédulité de certains de nos concitoyens ? Dans le réseau FNSEA, comme cela a été rappelé par Christiane Lambert lors du congrès de Nancy il y a quelques jours, nous allons agir, plutôt que de subir. Nous avons la chance d’avoir une agriculture française qui a fait le choix, depuis longtemps, de répondre aux attentes sociétales des consommateurs. Il faut le faire savoir. Notre alimentation française est reconnue comme une des meilleures au monde. Pour notre sécurité alimentaire, pour la vitalité de nos territoires ruraux, pour nos paysages, nous devons respecter les agriculteurs, leurs métiers et leurs savoir-faire ! Nous avons du pain sur la planche pour expliquer cela à nos voisins, nos concitoyens. Mais nous n’avons pas le choix, il va falloir s’y mettre… et faire preuve de pédagogie !”

FDSEA 13

 


OPA - Serv. publicsSyndicalismeFDSEA agression traitements phytosanitaires Patrick Lévêque