Safer Paca : Une aide financière pour les exploitations agricoles

Publié le 16 juin 2020

Pour apporter un bol d’air aux situations conjoncturelles les plus délicates, la Safer Paca propose d’acquérir une partie du foncier de l’exploitation, en laissant la possibilité à cette dernière de la racheter aux mêmes conditions, pendant cinq ans,

Lors de sa réunion du 19 mai, le conseil d’administration de la Safer Provence-Alpes-Côte d’Azur a arrêté le principe d’un dispositif d’aide financière pour soutenir les exploitations agricoles, notamment viticoles, durement impactées par les conséquences du ralentissement économique généré par l’état d’urgence sanitaire et, pour certains, par le gel.

Déjà très touchés par certaines décisions internationales – telles que le relèvement des taxes douanières américaines et le Brexit –, les échanges commerciaux viennent de connaître un coup de frein brutal, en raison de la mise en sommeil de l’activité économique mondiale, et de la fermeture stricte de la restauration sur le territoire national.

Aussi, alertée des difficultés de trésorerie à venir dans les exploitations par Jean-Louis Canto – délégué auprès des organisations professionnelles agricoles à la Safer, et président du Comité technique départemental de Vaucluse – la Safer Paca a décidé de proposer un dispositif déjà mis en œuvre pour soutenir l’arboriculture des Alpes du Sud, après les épisodes de gelée noire qui étaient venus exacerber la crise structurelle préexistante.

Pour apporter un bol d’air aux situations conjoncturelles les plus délicates, la Safer Paca propose donc d’acquérir une partie du foncier de l’exploitation, en laissant la possibilité à cette dernière de le racheter, aux mêmes conditions pendant cinq ans, au travers d’une clause de “réméré“. Durant cette période, une convention d’occupation provisoire et précaire permettra, en outre, de maintenir l’exploitant en place.

Ce dispositif permet, à très court terme, de soutenir leur trésorerie, tout en garantissant contractuellement aux conditions fixées un retour en propriété du bien cédé.

La Safer Paca s’est d’ores et déjà rapprochée de la Caisse de Crédit Agricole Alpes Provence, son partenaire financier historique, et a reçu un très bon accueil.

Une enveloppe de 5 M€

L’enveloppe consacrée à cette opération pourrait être de l’ordre de cinq millions d’euros, et l’opération pourrait être élargie à d’autres filières, telles que l’horticulture, durement touchée également, tout en restant à l’écoute de la situation conjoncturelle.

Les critères d’éligibilité et les modalités d’intervention seront précisés rapidement avec les partenaires financiers de la Safer Paca, ainsi que les Chambres d’agriculture régionale et départementales, et feront l’objet d’une nouvelle communication.

La Safer Provence-Alpes-Côte d’Azur a voulu contribuer à l’effort de solidarité vis-à-vis de la profession mis en place par l’ensemble des partenaires institutionnels, en affirmant sa volonté politique aux côtés des acteurs économiques, tout en restant dans son cœur de métier qui est d’acquérir et de rétrocéder du foncier.

“Notre volonté“, ajoute Jean-Louis Canto, “n’est pas de concurrencer les soutiens financiers habituels de la profession, mais de trouver une solution complémentaire sans perdre, à terme, la propriété de l’outil de travail des agriculteurs. C’est une chance supplémentaire que nous proposons aux agriculteurs qui peuvent, et qui veulent, espérer une sortie positive à cette mauvaise passe“. 

Safer Paca

 


Aide financière covid-19 coronavirus crise Caisse de Crédit Agricole Alpes Provence filière agricole viticulture