Smart food challenge : le modèle alimentaire méditerranéen n’a pas dit son dernier mot

Publié le 28 mai 2019

Le lancement de la Smart Food Challenge à Marseille avec Marie-Pierre Callet vice-présidente du Département lundi 13 mai.

En invitant les start-up du territoire à penser l’alimentation de demain, le Département veut rapprocher le monde agricole et celui des entreprises innovantes.

On pourrait penser que les nouveaux modes de vie et l’occidentalisation des comportements alimentaires aient tourné le dos au régime méditerranéen. En tous cas, considéré comme un trésor de bienfaits reconnus par des études scientifiques, ce modèle alimentaire, qui s’appuyait sur une agriculture locale et de qualité, peut sembler aujourd’hui difficile à pratiquer au quotidien. Il pourrait bien renaître de ses cendres, du moins avoir la possibilité d’être revisité, grâce à une initiative originale que vient de lancer le Département. Intégré aux nombreux événements de Marseille Provence, année de la Gastronomie 2019 (MPG 2019), le Smart Food Challenge est un concours qui cible une alimentation ‘responsable, locale et durable’ souhaitable pour demain. Il s’adresse aux start-up invitées à réfléchir à des solutions innovantes autour de ce thème.

Parmi les départements français, les Bouches-du-Rhône sont les premiers producteurs de certains produits, comme les tomates, les salades, les courgettes, le riz ou encore les olives. Cependant, environ 90 % des produits consommés sur le territoire proviennent d’ailleurs, tandis que 90 % des produits locaux sont consommés ailleurs.

En parallèle, les citoyens sont de plus en plus sensibles à la cause écologique et à l’empreinte de l’homme sur la nature, aussi bien en matière de pollution que de consommation déraisonnée. Ils sont demandeurs d’une ali- mentation de qualité, bonne pour la santé et de proximité. De leurs côtés, les producteurs souhaitent mieux maîtriser leur impact sur l’environnement et leur capacité à faire face aux problématiques climati­ques et sanitaires, tout en assurant leur pérennité.

Innovation produit ou service

Se posent pourtant les questions de l’accès des consommateurs aux producteurs locaux, des moyens à imaginer pour réduire le gaspillage alimentaire, ou encore des solutions qu’il faudrait mettre en place pour accompagner les producteurs dans l’évolution de leurs pratiques. Le Smart Food Challenge se propose donc de répondre aux enjeux de valorisation des producteurs provençaux, à la structuration de leurs filières en circuit court et à la transmission de bonnes pratiques d’alimentation au bénéfice de la santé publique.

L’appel à projet concerne toutes les entreprises issues du mode agricole et du secteur du numérique en mesure de proposer des solutions dans le domaine de la production, liées à la distribution ou encore aux méthodes de conditionnements. Toutes les idées de produits ou de services sont les bienvenues et les candidats devraient se bousculer. Dans notre département, de nombreuses start-up sont cons­cientes de la richesse, de l'équilibre et de la diversité des produits offerts sur le territoire. Elles vont concrètement pouvoir se lancer dans une démarche de valorisation de ces productions.

Une collaboration intelligente

D’ici le 23 juin, les candidats pourront soumettre leur projet au jury d’experts, afin de savoir s’il est viable. Seulement dix candidats seront sélectionnés. Ils seront accompagnés par différents spécialistes dans des domaines d’expertise variés (acteurs de l’innovation, expertise branche agricole, industrie agroalimentaire, distribution, communication, commercialisation). Pendant trois mois, les candidats seront ainsi ‘coachés’ et orientés. Une collaboration intelligente pour offrir aux consommateurs et aux professionnels de l’agri­culture et de l’alimentation, une avancée notable et un réel bénéfice en matière d’alimentation. Les start-up aux projets gagnants seront récompensées par un Prix Capital & innovation de 5 000 €, par le Crédit agricole Alpes Provence, partenaire de l’opération, et par des périodes d’accompagnement au sein des nombreux autres partenariats (Pôle Terralia, Marseille Innovation, Accélérateur M, French Tech Grande Provence, Village by CA de Thecamp, entreprise Bonduelle…).

Emmanuel Delarue

 


Alimentation start-up produits locaux territoire