Travail saisonnier : “un beau travail collégial”

Publié le 14 décembre 2018

Pas tout à fait au complet lors de sa présentation à Châteaurenard, l'équipe conduite par Patrick Lévêque et Romain Blanchard est prête pour la campagne, et pour conduire une politique agricole pour toutes les agricultures du département.

La victoire syndicale sur les exonérations du travail saisonnier était au cœur de la rencontre organisée à Châteaurenard entre Jérôme Volle, la FDSEA et les JA du département, qui ont présenté à cette occasion leur liste commune pour les élections à la Chambre d’agriculture.

Sur le MIN de Châteaurenard, la FDSEA et les JA des Bouches-du-Rhône présentaient le 6 décembre leur liste commune pour les élections à la Chambre d’agriculture. Ils ont dévoilé leur programme et présenté les candidats qui vont mener la campagne. Avec le soutien affiché de Jérôme Volle, vice-président de la FNSEA, et d’Aurélien Soubeyran, délégué national des Jeunes Agriculteurs, les présidents Patrick Lévêque et Romain Blanchard ont dit toute leur détermination à servir toutes les agricultrices et tous les agriculteurs du département (voir article du 7 décembre page 3). Et c’est sur le thème ‘Avançons ensemble les pieds sur terre’, que l'équipe candidate va défendre son projet. Pour les deux syndicats, partir ensemble sur un même programme n’a pas fait l’objet d’un long débat. “Nous avons toujours fait en sorte que les choses se passent bien entre la

FDSEA et les JA dans les Bouches-du-Rhône, et lorsque l’on a construit une liste, il était logique que nos deux réseaux partent ensemble”, résumait Patrick Lévêque. Pour Romain Blanchard, c’était même “une évidence”, et une chance pour l’agriculture du département de compter sur ces deux réseaux. “Nous ne sommes pas toujours d’accord, mais ce qui est certain c’est que l’on peut toujours se parler et nos échanges sont toujours au profit de l’agriculture départementale. Partir sur la même liste est juste le fruit et l’aboutissement de ces années de collaboration”, précisait-il.

À l’occasion de la rencontre sur Châteaurenard, c’est aussi la question du coût du travail, suite à la décision du gouvernement de supprimer le dispositif du TODE, qui a monopolisé le débat.

Un travail de terrain payant

Pour Patrick Lévêque, ce fut “un combat long et fastidieux, qui a demandé beaucoup d’abnégation et de temps pour sensibiliser les députés”.

Jérome Volle, en charge du dossier au niveau national, a d’abord tenu à rappeler que la FNSEA travaillait sur trois sujets majeurs en matière d’emploi. “Il n’y a pas que le coût du travail, il y a aussi la compétitivité de façon générale, le besoin de salariés compétents, mais il y a aussi l’attractivité. Nous œuvrons pour montrer que les métiers de l’agriculture sont aussi une solution pour l’emploi.”

Mais la volonté de l’État de supprimer l’exonération sur le travail saisonnier a mobilisé toutes les énergies du réseau syndical. “Un vrai bras de fer s’est engagé sur le TODE avec le gouvernement, qui n’a pas voulu reculer sur ce sujet. Nous vous avons alors demandé dans vos départements de rencontrer les députés sur le terrain pour leur rappeler les enjeux économiques pour les territoires, les pertes d’emplois et les conséquences par secteur, et pour les entreprises. Et vous l’avez très bien fait, et c’est grâce à cette mobilisation que l’on a pu faire bouger les lignes”, rappelait Jérôme Volle. S’adressant aux adhérents des deux syndicats, il a souligné que la suppression du dispositif se traduisait par une perte de quasiment 144 millions d’euros dans l’activité agricole au niveau national.

À une voix près !

Les députés ont depuis adopté le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 le 3 décembre entérinant les modifications apportées par l’Assemblée nationale, et c’est l’abaissement du seuil d’exonération de charges prévues par le dispositif à 1,20 Smic qui a été finalement retenu. “Rien n’était cependant gagné jusqu’au vote, et l’amendement est passé au final à l’Assemblée nationale à une voix près?!”, ajoutait aussi le vice-président de la FNSEA.

Aussi, le projet de loi de finances de la sécurité sociale étant voté tous les ans, le représentant de la FNSEA reste conscient que “le réseau devra vite se mobiliser pour consolider cet acquis qui reste temporaire”. Jérôme Volle a cependant salué ce “très beau travail collégial, qui montre aussi que, quand le réseau est vraiment mobilisé avec de vrais arguments, sur des vrais enjeux et pour mener un combat qui est juste sur ces questions de distorsion de concurrence, nous parvenons à faire avancer les choses et défendre les intérêts de nos exploitations”.

Emmanuel Delarue


OPA - Serv. publicsSyndicalismeTravail saisonnier syndicalisme FDSEA 13 JA 13 Chambre agriculture Bouhes-du-Rhône Elections FNSEA Patrick Lévêque Romain Blanchard