Un nouveau dispositif pour la profession

Publié le 08 novembre 2019

La base d’agriculteurs de plus de 60 ans, connus de la Chambre d’agriculture, représente environ 500 cédants potentiels.

L’agriculture de demain se construit aujourd’hui. La Chambre d’agriculture a donc lancé un nouveau service dédié à la transmission des exploitations, le Point accueil transmission.

Conseiller et orienter les agriculteurs dans la transition de leurs exploitations est un vrai défi. Et dans les Bouches-du-Rhône, le challenge est de taille, puisque le département compte au moins 500 agriculteurs de plus de 60 ans. Autant de cédants potentiels susceptibles de laisser vite place à de nouveaux projets professionnels. Encore faut-il pouvoir informer et accompagner ces futurs exploitants sortants. De plus, le rythme actuel des cessations d’activité dans le département est très élevé (272 en 2018).

Pour la Chambre d’agriculture, engagée dans le développement des entreprises agricoles, la pérennité des territoires agricoles passe d’abord par des transmissions d’exploitations réussies. Elle a donc lancé un nouveau service dédié, pour conforter son intervention dans ce domaine. Avec le Point accueil transmission, l’ensemble des compétences techniques, mais aussi humai­nes, est mobilisé pour apporter, aux futurs retraités et agriculteurs en ces­- sation d’activité, les réponses les plus adaptées.

Un seul interlocuteur

Les exploitants agricoles souhaitant arrêter leur activité et/ou cherchant à transmettre leur exploitation ont depuis quelques mois à leur disposition, dans les locaux de la Chambre d’agriculture, un seul interlocuteur chargé de les accompagner dans leur démarche.

Concrètement les missions du Point accueil transmission (PAT) se déclinent par “de l’accueil et de l’information aux futurs retraités et agriculteurs en cessation d’activité, mais aussi par du repérage précoce des cédants, ainsi que par un accompagnement dans la durée de la transmission”, explique Chloé Ribolla conseillère du PAT.

Le PAT 13 est ouvert à tous les agriculteurs, quel que soit le stade d’avancement de leur projet, ayant un repreneur ou non, qui approchent de la retraite ou qui cessent leur activité pour une autre raison (reconversion professionnelle, santé, etc.). “Un premier échange téléphonique permet généralement d’avoir une idée générale de la situation de l’exploitant. Dans un second temps, un rendez-vous physique

- qui dure en moyenne une heure, à la Chambre d’agriculture ou sur l’exploitation - va permettre d’aller plus loin sur le projet de transmission.”

La conseillère présente alors à l’agriculteur un ensemble d’informations relatives à la retraite, à l’arrêt d’activité et à la transmission des exploitations, adap­tées à chaque situation. Le rôle du PAT est d’accueillir, d’informer et d’orienter les exploitants, en évoquant avec eux tout le panel de solutions existantes dans leur cas.

“Notre mission est de faire prendre cons­cience à l’exploitant des différents aspects auxquels il faut penser, des questions à se poser dans cette période cruciale, pour l’orienter ensuite vers des spécialistes comme les notaires, s’il y a des questions patrimoniales à régler, ou la MSA, s’il y a des interrogations spécifiques sur la retraite par exemple”, souligne Chloé Ribolla. Mais, le nouveau dispositif de la Cham­bre souhaite aussi aller plus en amont sur ces questions.

Anticiper pour mieux transmettre

“L’objectif du PAT est de faire du repérage des cédants potentiels, et de les accompagner sur des points clés sur le long terme. Cela commence par le ciblage dans notre base de données, en interne, de tous les agriculteurs de plus de 60 ans à qui nous signalons la mise en place du dispositif”, complète la con­seillère. Le message relayé à ce moment là est simple. “On leur explique qu’il ne faut pas hésiter à solliciter notre service, car plus une cessation d’activité est anticipée,  mieux elle permettra d’envisager le scénario idéal pour l’exploitant qui s’arrête, et plus elle facilitera la transmission”, indique Chloé Ribolla.

En 2020, le Point accueil transmission a prévu également d’aller sur le terrain, pour organiser des réunions d’informations publiques et mener des rendez-vous délocalisés, afin d’informer le public agricole de l’existence de ce nou- veau service dédié à la transmission.

Mais déjà, le PAT a pu concrétiser des démarches engagées par des agriculteurs et une exploitation porcine a, par exemple, pu être reprise par un jeune à la suite d’un arrêt d’activité.

Emmanuel Delarue

 

Pour plus d’information ou pour prendre un rendez-vous, vous pouvez contacter Chloé Ribolla au : 04 42 23 90 06.


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureTransmission Chambre agriculture Point accueil transmission reprise