Union annoncée pour Alpesud et GPS

Publié le 01 décembre 2020

GPS et Alpesud annoncent la création d’une union avec les établissements Magnan et Ouiagri, pour GPS, et l’établissement Mille et la SAS Alpagri, pour Alpesud (photo : E. Delarue).

Les coopératives Alpesud et GPS se retrouvent dans une union, dont le nom reste encore à dévoiler. Les deux conseils d’administration ont validé cette décision début novembre.

"Cette décision, importante et décisive, pour nos deux coopératives laisse augurer un avenir positif, nous permettant de construire notre projet d’entreprise, au service de l’agriculture et des agriculteurs de nos deux départements“, explique le président de Groupe Provence Service (GPS), Serge Vernet. Pour rappel, la zone de collecte correspond au département des Alpes-de-Haute-Provence et aux cantons limitrophes des départements voisins du Var, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône. Comme l’explique le directeur de la coopérative céréalière de Manosque, Didier Marie, “la mise en commun de nos moyens, de nos énergies va nous permettre d’accroître la performance financière de l’union et ses coopératives, pour répondre aux besoins d’investissement générés par les nouvelles orientations, et en assurer la pérennité des structures“.

Cette union va également permettre de “disposer d’une organisation efficiente à court et moyen termes, en structurant les équipes opérationnelles et les fonctions supports, tout en préservant les emplois“, poursuit le directeur, qui espère également ainsi “maîtriser les coûts d’intermédiation et des services, pour être reconnus performants sur les métiers de base, ce qui signifie rassembler les fonctions supports des deux coopératives, en faisant le choix des meilleures compétences dans chacun des domaines“.

Cette maîtrise financière pourra ainsi permettre “d’apporter le progrès technique dans les exploitations à un coût acceptable“, et ainsi de “défendre la valeur ajoutée des exploitations agricoles et de la coopérative“.

Un relais de croissance

Cette union est une nouvelle traduction de la restructuration régionale en cours dans la filière ‘céréales’ de la grande région Sud-Est, malmenée par la baisse des surfaces de blé dur cette dernière décennie. Comme les autres avant elle (Terroirs du Sud et Céréalis repris par la CAPL), cette union est motivée par la volonté des élus de répondre aux attentes des adhérents (maintien de la proximité, amélioration de la rentabilité, développement de l’innovation...) et des consommateurs, ces derniers voulant des réponses en matière de sécurité alimentaire, de biodiversité, d’environnement... “La mutualisation est un relais de croissance“, reprend Serge Vernet, qui précise que l’union “est ouverte à d’autres partenaires des autres filières“. Pour le président de GPS, la nouvelle entité va “nous donner les moyens financiers et économiques d’investir dans des relais de croissance permettant un retour économique auprès des adhérents“.

Outre les deux coopératives, les établissements Magnan et Ouiagri, pour GPS, et l’établissement Mille et la SAS Alpagri, pour Alpesud, sont également impliqués.

Autre conséquence de la création de cette union : le conseil d’administration de GPS a entériné la démission de la coopérative d’Unisud, sa centrale d’achat, pour adhérer à la centrale d’achat ‘In Terra Pro’, située à Chaponnay (Lyon).

Sur le plan opérationnel, cette décision sera effective à compter du 1er juillet 2021, GPS terminant la campagne commerciale 2020-2021 avec Unisud. Par ailleurs, l’union intégrante doit accueillir l’ensemble des cadres et des collaborateurs des services ‘fonctions supports’, à partir du 1er janvier 2021. Et les deux conseils d’administration ont décidé la création d’un nouveau siège social, situé au lieu-dit ‘La Cassine’, à Peyruis (04).

Enfin, le nom et le logo de l’union auraient dû être dévoilés lors de l’assemblée générale de GPS, qui devait se tenir le 11 décembre prochain à Gréoux. Mais en raison de la situation sanitaire, cette dernière a été annulée, la coopérative attendant de “pouvoir se projeter de façon certaine“.

C’est un beau projet [qui] est devant nous, son succès dépend de nous : de notre travail, de l’humilité dans la prise de décision, de la probité dans l’engagement et dans les relations avec les autres. Et surtout, de notre confiance dans l’avenir ! Cela demande un grand sens des responsabilités, du bon sens, du pragmatisme, de l’engagement de tous et de la sérénité“, conclut Serge Vernet. 

Source : GPS


Autres productionsGrandes culturesCéréale coopérative Groupe Provence Services GPS