Vignerons coopérateurs 13 : la famille de la coopération se redessine

Publié le 03 août 2021

La Fédération des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône va devenir une antenne de la section viticole de la Coopération agricole Sud. L’antenne départementale des caves coopératives des Bouches-du-Rhône restera un échelon fort. C’est ce que sou

Le projet de section viticole Vignerons coopérateurs Sud est en train de se construire. Au sein de celle-ci, la Fédération des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône deviendra une antenne départementale. La fusion pourrait intervenir début 2022.

Chaque campagne amène son lot d’aléas. Mais l’année 2020 – avec ses deux confinements, puis le gel d’avril – en aura concentré beaucoup. Même si le modèle coopératif a montré sa capacité de résilience, les caves coopératives viticoles du département n’ont pas pu éviter les pertes, malgré une augmentation des ventes en GMS. L’enquête réalisée au sein de la Fédération des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône indique une baisse d’environ 35 % de leur chiffre d’affaires entre mars et mai 2020, essentiellement en CHR, négoces, export et caveaux. La fédération reste toujours très mobilisée pour accompagner les entreprises. Mais, pour beaucoup d’entre elles, il sera difficile de rattraper les pertes constatées. Et surtout, le secteur redoute l’effet boomerang à moyen terme.

Sur les mesures de soutien de l’État et le plan d’aide à la filière, les caves coopératives du département ont été peu concernées par les propositions de distillation et de stockage. Pour la distillation, moins de 3 000 hectolitres ont été souscrits. “L’assemblage d’un millésime en 70/30 est une proposition qui pouvait nous intéresser“, indique le président des Vignerons coopérateurs 13, Jean-Luc Jauffret. “Mais, pour des raisons administratives et probablement lobbyistes, nous aurions été obligés d’afficher le pourcentage de mélange. C’est pourquoi nous avons décliné la proposition.

Pour ce qui est de l’exonération des charges, deux voies s’offrent aux caves coopératives : l’une par le plan filière viticole, l’autre par le plan tourisme. “Dans un cas comme dans l’autre, nous visons une exonération de 50 % de charges patronales pour les quatre mois de confinement, sans condition de baisse de chiffre d’affaires. Mais cette exonération de charges ne compensera pas le manque à gagner de la taxe Trump“, déplore Jean-Luc Jauffret.

 

L’œnotourisme au cœur de l’action

Tout n’est pas tout noir pour autant. Le rosé continue de tirer les marchés, et la Fédération espère que l’été permettra aux caves de retrouver leurs réseaux de commercialisation, leur attractivité et un flux normal des circuits CHR, en dépit des nouvelles contraintes qui s’annoncent pour les consommateurs. Alors c’est du côté de l’œnotourisme, chemin sur lequel les caves coopératives se sont bien investies ces dernières années, qu’elle va continuer de travailler. Pour développer les ventes au caveau, travailler sur l’image des caves et favoriser le lien avec le consommateur, elle s’est rapprochée de partenaires institutionnels en région et dans le département, avec qui elle collabore. Le département compte déjà neuf sentiers vignerons, et ce n’est pas fini. La Fédération a aussi participé à la mise en place du guide de l’œnotourisme coopératif, sorti à l’occasion du congrès des Vignerons coopérateurs de France, et qui sera présenté après les vendanges.

La problématique des aléas climatiques va aussi mobiliser les Vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône cette année. Et c’est avec la Coopération agricole Sud que la fédération travaillera, sur les aspects à la fois assurantiels, mais aussi techniques de ce dossier.

L’autre chantier – qui devrait aboutir cette année – est le rapprochement avec la Fédération des coopératives agricoles. Depuis que la CCFV a fusionné avec Coop de France, en 2019, le rapprochement à l’échelon régional est aussi envisagé. L’objectif est de peser davantage au plan syndical, pour parler d’une seule voix auprès des pouvoirs publics et européens et mutualiser certaines activités.


L’échelon départemental restera fort

Dans le département des Bouches-du-Rhône, les Vignerons coopérateurs souhaitaient rester attachés à l’échelon départemental et conserver, pour leur représentation, une certaine autonomie au sein de l’entité de la Coopération agricole Sud. “Depuis deux ans, nous sollicitons une organisation spécifique pour la viticulture. La section ‘Vignerons coopérateurs Sud’ sera autonome“, rapporte Jean-Luc Jauffret. Au sein de celle-ci, “la Fédération des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône deviendra une antenne départementale“.

C’est finalement le schéma national – avec une section Vignerons coopérateurs de France au sein de la Coopération agricole – qui sera reproduit en région. Vignerons coopérateurs Sud sera donc une entité autonome et totalement impliquée dans la défense de la coopération agricole générale.

C’est un regroupement interdépartemental avec les coopérateurs varois qui était au cœur de la réflexion pour démarrer le projet. Ce dernier avance bien. La section Vignerons coopérateurs Sud, en train de se construire, pourrait finalement s’officialiser début 2022. Si, dans un premier temps, seules les deux fédérations de caves coopératives du Var et des Bouches-du-Rhône intègrent la Coopération agricole Sud, rien n’interdira par la suite aux caves coopératives voisines – des Alpes-de-Hautes-Provence, des Hautes-Alpes et du Vaucluse – de rejoindre cette nouvelle section viticole de la Coopération agricole Sud. 

Emmanuel Delarue


La Fédération des vignerons coopérateurs des Bouches-du-Rhône va continuer de développer l’œnotourisme, sur lequel les caves coopératives se sont bien investies ces dernières années. © DR

Vignerons coopérateurs 13